Ultime promenaduquartier

Publié le par Floréale

Le printemps était bien avancé lorsque la Fée Konomia décida de libérer la population de l'île de sa mystérieuse immobilité, malgré l'absence d'andidote à l'Epidémie Mondiale.

C'est ainsi, qu'un soir, le Marcheur Suprême l'annonça à sa population. Ce fût un soulagement pour L'Homme et la Femme qui, lors de leur dernière promenaduquartier, commençaient à avoir le blues.

Ultime promenaduquartierUltime promenaduquartierUltime promenaduquartier
Ultime promenaduquartierUltime promenaduquartier

La nouvelle fût accueillie avec joie et soulagement, car même s'ils avaient profiter de davantage d'envergure pour leurs explorations, il leur manquait le goût de la liberté.

Dès que cela avait été possible, bien sûr, ils étaient retournés au Bois Joli pour assister à l'éclosion du printemps. Et ils furent bienheureux de voir que la nature, elle, avait poursuivi sa course.

Ultime promenaduquartierUltime promenaduquartier
Ultime promenaduquartier
Ultime promenaduquartierUltime promenaduquartierUltime promenaduquartier

Lors d'une échappée, ils avaient même découvert un édifice à la teinte solaire et aux lignes graphiques et régulières.

Ultime promenaduquartierUltime promenaduquartier
Ultime promenaduquartierUltime promenaduquartier

Mais cela n'avait pas suffit. Ils aspiraient à davantage d'espaces et d'horizons.

Il leur paraissait même que ces semaines de claustration forcée avaient modifié leur perception. Tous semblait revêtir une étrangeté menaçante : un poisson volant orné de chaises et de skis avait atterri en centre-ville et ses chants restaient muets, des entrées d'immeubles avaient été privées de leurs marches, les eaux reflêtaient des contrastes troublants, règnes animal et végétal se confondaient l'un l'autre...

Ultime promenaduquartierUltime promenaduquartierUltime promenaduquartier
Ultime promenaduquartierUltime promenaduquartier
Ultime promenaduquartierUltime promenaduquartier

Les écoles étaient marquées de sigles cabalistiques, témoignant de nouveaux rites, en guise de talisman.

Sans la liberté retrouvée, rien ne semblait à sa place.

Les chutes restaient sans espoir de ressort.

C'est alors que vint le temps des retrouvailles entre coeurs-amis!

A partir de ce moment là, la joie et l'animation, au mépris du danger, revinrent sur l'île, réconfortant ainsi l'Homme et la Femme, de cette période aux liens brisées.

 

... A suivre... (article Garopoison)
Si vous avez manqué l'épisode précédent, voir Rayons et lignes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :