Parad'île

Publié le par Floréale

Parad'île

Débarquée du train ce 26 septembre 2015, j'ai été accueillie par une fleur blanche de nénuphar qui s'était déracinée pour inviter à une parade de funambules, de lumières et de musique.

Elle venait en écho à une de ses sœurs, toute rose et respirante, épanouie dans la cour de l'hospice Comtesse le matin même.

En suivant le cortège, se distinguaient quelques animaux, des personnages voltigeurs, des géants et des créatures fantastiques qui s'animaient aux rythmes endiablés des chars colorés.

Parad'île
Parad'îleParad'îleParad'île
Parad'îleParad'île

Même les murs s'étaient parées pour l'occasion et s'animaient de danses, de visages et de scènes variées.

Parad'île

Seul le vagabond lunaire de la façade de la Grand Place semblait ne pas prendre part à la fête, bien qu'ayant été conduit là pour l'occasion.

Pourtant un spectacle ahurissant aurait pu le sortir de sa rêverie nocturne s'il en avait été témoin...

Parad'île

Les musiciens, tambours, suspendus à des dizaines de mètres du sol depuis une grue, qui les faisait ressembler à un mobile vivant; au dessus d'eux, une trapéziste dansait au son de leurs instruments; à leurs pieds, deux poupées aux robes gigantesques les admiraient, en plus de l'assemblée ébahie et émerveillée!

Et c'est la tête pleine de ces moments féériques et de ces images incroyables que je suis rentrée, avant même le feu d'artifice qui concluait cette Renaissance prometteuse de l'île.

J'ai gardé de cette soirée l'envie d'aller bientot explorer les différents autres temps forts de cette invitation au sensible et à l'expression. Et il me tarde maintenant de partir pour une nouvelle expédition!

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :